248

Protection des enfants en situation de rue en République Démocratique du Congo : le REEJER et ses structures membres se mobilisent !

Mardi 02 février 2021

Depuis sa création en 1998, nous accompagnons notre partenaire historique, le REEJER (Réseau des Educateurs des Enfants et Jeunes de la Rue) dans le domaine de la prévention, de la protection et de l’insertion socioprofessionnelles des enfants en situation de rue en République Démocratique du Congo. Au-delà du travail d’accompagnement des enfants vulnérables, le REEJER est une organisation centrale dans la défense et l’avancement des droits de l’enfant à Kinshasa. En 2009, notre partenaire a participé à l’obtention de l’adoption de la « loi portant protection de l’enfant », une avancée majeure pour les droits de l’enfant. Tant au niveau national qu’international, nous travaillons ensemble pour faire entendre la voix des enfants et demander des actions concrètes aux autorités pour répondre aux problématiques vécues par les enfants en situation de rue.

Aujourd’hui, nous partageons l’expérience de notre accompagnement dans les processus d’interpellation des autorités de la part du REEJER.

Le plaidoyer en RDC pour la réalisation des droits des enfants 

Au fil des années, nous avons accompagné et soutenu le REEJER dans ses démarches auprès des décideurs. En 2019, grâce à notre statut ECOSOC, nous avons présenté un rapport alternatif conjoint aux Nations Unies à Genève lors de l’Examen Périodique Universel de la RDC et demander, entre autres, le respect et la mise en œuvre de la loi portant protection de l’enfant et la mise en place d’une campagne de sensibilisation nationale sur le phénomène des enfants dits « sorciers ». Trop d’enfants sont encore désignés par des pasteurs des Eglises de réveil ou des membres de la communauté comme les responsables des maux de leurs familles, sont chassés de leur foyer et se retrouvent à la rue.

Ensemble, nous continuons de suivre l’avancée des engagements pris par l’Etat congolais et persévérons pour mettre les problématiques rencontrées par les enfants à l’agenda politique. La crise sanitaire a fortement impacté les enfants sans toit, cela dans un contexte politique flottant, marqué par l’élection du nouveau président Félix Tshisekedi et par une période de crises politiques et institutionnelles. Ces changements nous amènent à repenser les priorités concernant la protection des enfants en situation de rue. Ainsi, en décembre 2020, à Kinshasa, le REEJER et notre responsable Plaidoyer International ont réuni les associations membres du Réseau pour faire un état des lieux.

Atelier de consultation des enfants et des structures membres du REEJER

L’objectif premier de cet atelier de consultation était de recueillir les témoignages des associations membres ainsi que des jeunes qu’ils accompagnent dans le contexte actuel. Une expérience inclusive qui a permis aux enfants de s’exprimer librement et de participer à l’analyse de leur situation. L’atelier a renforcé les capacités du réseau, selon le REEJER « c’était très intéressant, chacun a donné ses points de vues, c’était très riche avec la participation des enfants ».

Les séances de témoignages ont permis au REEJER de définir plusieurs priorités à porter à l’attention de l’Etat congolais. On citera, par exemple, la nécessité de faire appliquer la loi prévoyant des sanctions contre les cas d’abus des enfants et d’accusations de sorcellerie. Si cette loi a été votée, elle reste encore insuffisamment appliquée dans les tribunaux pour enfants, tribunaux qui ne sont pas encore dotés de moyens nécessaires (ex. juges pour enfants formés) et ne sont pas encore actifs sur l’ensemble du territoire national. De plus, le REEJER souhaite que le gouvernement congolais puisse soutenir une campagne nationale de sensibilisation à l’attention des familles, des communautés et des leaders religieux sur les droits des enfants afin de prévenir les violences dont ils sont victimes

Ces discussions ont également permis d’identifier de nouvelles réalités telles que l’augmentation préoccupante des jeunes filles, souvent filles-mères, en situation de rue en RDC. Une situation qui interpelle, et qui, pour le REEJER, demande des actions spécifiques de l’Etat congolais pour soutenir la réinsertion sociale de ces jeunes mamans et leurs enfants.

Pour le REEJER, cet accompagnement est une « source d’inspiration tant par rapport au contenu que par rapport à la méthodologie » et en sort renforcé. Un pas de plus pour les actions futures du REEJER, afin qu’un jour, la 'protection de l'enfant soit une réalité et l'affaire de tous'. 

Retour à la liste