242

De la rue à la réinsertion socio-professionnelle : l’accompagnement global des jeunes au Cameroun

Mardi 03 novembre 2020

A Douala, au Cameroun, on compte près de 4000 enfants en situation de rue. Ces enfants rencontrent des situations dramatiques qui les privent entièrement de leurs droits en tant qu’êtres humains et enfants. Ainsi, leurs chances de devenir des adultes accomplis s’en trouvent drastiquement réduites. Face à l’ampleur du phénomène, notre partenaire la Chaîne des Foyers Saint-Nicodème (CFSN) accueille les enfants vulnérables, sortant de prison ou en situation de rue. Grâce à quatre centres, notre partenaire a développé un accompagnement global pour favoriser la réinsertion sociale, familiale et professionnelle de ces jeunes

Un accompagnement à l’épreuve du COVID-19

La situation des enfants des rues est d’autant plus alarmante car le Cameroun est l’un des pays les plus touchés d’Afrique subsaharienne par la pandémie du COVID-19, avec plus de 22 103 cas et 429 décès (2 novembre 2020). Dans ce contexte, les enfants en situation de rue se retrouvent davantage exposés à la criminalité, aux violences accrues et sont dans l’incapacité de respecter les mesures sanitaires recommandées par les autorités. Le confinement a été synonyme d’accroissement de leur vulnérabilité et de leur isolement. Pour répondre à cette situation, l’équipe de maraude de la CFSN a dû redoubler d’efforts pour entrer en contact avec les jeunes afin d’établir une relation de confiance.

Une réintégration sociale par étapes 

Après avoir établi un dialogue apaisé avec les jeunes, la CFSN propose un accompagnement en plusieurs étapes, passant par la stabilisation, la resocialisation et la formation professionnelle pour une réintégration durable au sein de la société.

Dans un premier temps, les jeunes sont accueillis au foyer d’observation et de stabilisation de PK24 pendant environ un an. Il s’agit de stabiliser les jeunes et de travailler sur les aspects liés aux expériences traumatiques de la rue et du milieu carcéral. Pour ce faire, les jeunes bénéficient d’un suivi socio-éducatif et participent à des activités de groupe tel que le théâtre et le cirque favorisant leur resocialisation. Le centre PK24 dispose également d’une ferme agropastorale où les jeunes prennent part aux différentes productions agricoles et d’élevage leur donnant un cadre et permettant la découverte de diverses filières professionnelles. Accompagnés d’un éducateur référent, les jeunes suivent des cours de soutien scolaire et définissent un projet individuel.

Une fois stabilisés, les jeunes garçons rejoignent le foyer de Nylon Brazzaville. Encadrés par une équipe éducative, les jeunes peuvent alors intégrer un établissement scolaire ou une formation professionnelle. Le Centre d’accueil de jour de New-Bell accompagne pour sa part des jeunes filles en grande difficulté, scolarisées par la Chaîne des Foyers Saint Nicodème. Quant à lui, le Centre de formation professionnelle « Art et Style » de Nyalla, offre un suivi médical et psychologique aux jeunes femmes en situation de vulnérabilité. L’équipe éducative soutient les filles dans le développement d’un projet professionnel. Les jeunes suivent une formation dans les domaines de la couture, du stylisme, de la coiffure-esthétique, de la restauration, de la céramique et du secrétariat. A l’issue de leur formation, les jeunes filles peuvent alors chercher un emploi ou développer une micro entreprise avec le soutien du centre de Nyalla.

Au total sur 3 ans (2020-2023), 174 enfants et jeunes en situation de grande vulnérabilité ou de rue seront accueillis et 348 personnes faisant partie de l’entourage familial des jeunes suivis seront accompagnées par l’équipe de PK24. Tout au long du processus de réintégration scolaire et professionnelle, les structures éducatives poursuivent le travail de sensibilisation du cercle familial afin de favoriser le retour en famille des jeunes accueillis.

Retour à la liste